En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives Les documents du mois Les documents du mois de juin 2017 : 9 juin 1717, mort d’une « dame remarquable », madame Guyon

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • Les documents du mois de juin 2017 : 9 juin 1717, mort d’une « dame remarquable », madame Guyon

    mme Guyon

     

    Il y a 300 ans, le 9 juin 1717, mourait à Blois Jeanne Bouvier de La Mothe, épouse de Jacques Guyon seigneur du Chesnoy. On a oublié le rôle de cette mystique dans les débats religieux de la fin du XVIIe siècle : ainsi est-il mentionné sur son acte de sépulture qu’elle était une « dame remarquable par les disputes de messieurs Bossuet et Fénelon ».

     

    Indifférente aux sacrements, aux pratiques religieuses et aux œuvres de charité, madame Guyon ramenait la piété à l’extase du pur amour de Dieu, dans la suite d’un mouvement appelé « quiétisme ».

    Dans un premier temps, la spiritualité de madame Guyon séduit la noblesse, jusqu’à madame de Maintenon qui la fait intervenir auprès des jeunes filles de Saint-Cyr ; son ouvrage très lu,Moyen court pour faire oraisons,est défendu par l’évêque de Cambrai Fénelon. Mais celui de Meaux, Bossuet, s’inquiète de cette piété qui se passe de l’intermédiaire des prêtres : l’examen des écrits de madame Guyon conduit à son emprisonnement en 1695. Lorsqu’elle sort de prison en 1703, elle s’installe auprès de son fils qui a acheté en 1696 la seigneurie de Diziers (commune de Suèvres) puis à Blois paroisse Saint-Nicolas, où elle entretient discrètement un petit cercle de fidèles.

    Les archives départementales de Loir-et-Cher conservent le testament de madame Guyon (AD41, 3 E 10/2325, à lire ci-dessous)

  • Galerie d'images

    • 002 - 3_E_10_2325
    • 004 - 3_E_10_2325
    • 005 - 3_E_10_2325

A lire :

  • La vie de Mme Guyon écrite par elle-même, éd. Par B. Sahler, Paris, 1983 (cote AD41, BIO 104)
  • Fr. Mallet-Joris, Jeanne Guyon, Paris, 1978 (cote AD41, GG205)