En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

identifiant

Mot de passe oublié ? S'inscrire

Culture 41

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer

Accueil > Centenaire 1914-1918 > Le 113e régiment d'infanterie

  • Le 113e régiment d'infanterie

    Découvrez la campagne du 113e régiment d'infanterie, régiment caserné à Blois et à Romorantin au déclenchement de la guerre 1914-1918.

     

    Ces deux brochures, que nous vous proposons en téléchargement, ont été publiées peu après la guerre. Elles sont toutes deux illustrées de photographies et de dessins d’artistes contemporains, l’illustrateur Charles Roussel et le peintre et graveur blésois Etienne Gaudet.

     

     

    113e régiment d’infanterie, Histoire sommaire de la campagne de 1914-1918. Ill. de Charles Roussel

    Cette plaquette de 31 pages fait partie de la collection des historiques régimentaires édités au lendemain de la première guerre mondiale, sur ordre du Grand Quartier Général des armées françaises et du ministère de la Guerre. La plupart sont anonymes mais beaucoup ont été rédigés par des officiers sans que leur nom soit mentionné. Une grande majorité des volumes a été éditée entre 1919 et 1922 par un éditeur privé d’envergure nationale.

    A l’instar de celui qui vous est présenté ci-après, chaque historique comprend essentiellement le récit de la campagne de l’unité de 1914 à 1919, souvent accompagné des citations reçues par l’unité et d’une liste des officiers et militaires tués ou décédés de leurs blessures, avec parfois le grade, la date et le lieu.

     

     

    HUBERT-FILLAY. 22 août 1914. Le 113e à Signeulx. Blois, E. Froger.

    Les journées du 21 et du 22 août 1914 furent les plus meurtrières de toute l’histoire de l’armée française avec plus de 27 000 morts. Comme bien d’autres régiments, le 113e régiment d’infanterie subit de fortes pertes ce jour là près de Signeulx en Belgique. Les conditions même de la terrible bataille, les préoccupations des états-majors et le manque de relais d’informations vers les familles font que la population ne prendra conscience du drame que bien des mois, voire des années après.

    Le massacre est tel qu’après la guerre, Hubert-Fillay ira en Belgique pour établir les circonstances précises du drame, qu’il publiera en 1921 sous la forme de cette brochure. Une véritable enquête pour ne pas oublier ! Il va ainsi entendre de nombreux témoins et recueillir des renseignements et des documents inédits sur les combats. En lien avec les autorités militaires, il va enquêter sur les crimes imputés aux Allemands et collecter les indications indispensables pour déterminer l’identité des soldats français inhumés dans les cimetières des environs de Signeulx.