En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives Les insolites Les lecteurs nous signalent... Le crapaud de Blois !

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • Les lecteurs nous signalent... Le crapaud de Blois !

    Les-lecteurs-nous-signalent-Le-crapaud-de-Blois_agenda_evenement_details

     

    Le crapaud de Blois

     

    Dans les années 1850, le monde scientifique blésois se préoccupe d’un « fait géologique et d’histoire naturelle des plus curieux […] : un crapaud, de l’espèce bufoviridisou variabilis, était trouvé dans un silex fort dur, par des ouvriers creusant un puits auprès de l’embarcadère du chemin de fer de Blois [c’est à dire la gare du nouveau chemin de fer]. » (Mémoires de la société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, t. V, p. CXIII – CIV). La Société des sciences et lettres présente un rapport à l’Académie des sciences dont quatre membres éminents viennent à Blois examiner l’animal et la pierre qui l’a abrité. C’est le Dr Monin, médecin et botaniste expérimenté http://cbnbp.mnhn.fr/cbnbp/actions/pdf/Herbier%20Monin.pdf, qui les accueille.

    L’histoire n’est pas nouvelle et a été rapportée à plusieurs reprises depuis le Moyen Age ; Ambroise Paré lui-même aurait observé le phénomène en 1579, comme le relève la commission de l’Académie des sciences. Pour ceux qui découvrent l’animal, la référence implicite n’est pas le crapaud prince enchanté des contes mais plutôt un animal quasi-diabolique à la longévité exceptionnelle.

    Malgré sa précision, le rapport de 11 pages sur le phénomène de Blois ne rencontre guère l’enthousiasme lorsqu’il est présenté aux autres membres de l’Académie des sciences : le médecin Magendie note que « le point capital était d’établir que l’animal vivant a été trouvé au centre d’un caillou sphérique [ …]. Or, c’est justement le point qui ne me paraît pas suffisamment établi. » http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29901/f107.image.r=Blois

    Quelques années plus tard, l’Académie se penche à nouveau sur le phénomène, à travers une communication de l’herpétologiste Auguste Duméril ; celui-ci conclut très prudemment… en ne concluant rien ! http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3007r/f985

    De nos jours, des crapauds, serpents ou souris apparaissent dans les boîtes de conserve et ce sont les anthropologues que le phénomène intrigue, comme exemple d’une rumeur relayée et amplifiée par les médias http://rupestres.perso.neuf.fr/page0/page3/assets/Nouvelle_PLume_2.pdf