En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives Les insolites Des naissances singulières et insolites

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • Des naissances singulières et insolites

    Les_Écarts_de_la_nature_[...]Regnault_Geneviève_btv1b8453981x

    Les Écarts de la nature, ou Recueil des principales monstruosités que la nature produit dans le genre animal, peintes d'après nature, gravées et mises au jour par les Sr et Dr Regnault... / peintes d'après nature, gravées et mises au jour par les S.r et D.me Regnault.

    SOURCE : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8453981x/f11.item

     

    Les livres de raison, livres de famille, diaires, mémoires, autobiographies et autres journaux de toute nature font partie des documents communément appelés les écrits du for privé, dénommés aussi ego-documents.

     

    Ce corpus de sources constitue une formidable mine d’informations pour la communauté des historiens.

     

    C’est précisément le cas avec le Journal d’un Bourgeois de Saint-Aignan sous Louis XIV[1], dont l’auteur, Alexandre de La Borde fut conservateur des exploits au duché de Saint-Aignan, puis receveur au chapitre. Ce journal va de l’année 1690 à l’année 1737, avec une lacune entre 1716 et 1723. Comme le rappelle l’abbé Gallerand dans une communication[2], « il donne, dans son journal, de curieux détails sur sa propre existence […] ; il note avec soin les évènements de portée générale […] les faits divers de la ville et de la région ».

     

    Notre attention a été attirée par l’année 1703, et plus précisément par le mois de mai où Alexandre de La Borde écrit : « il y eut une femme des environs de Blois qui accoucha de deux fils qui se tenaient par la tête et qui se nourrissaient difficilement…qui prenaient chacun leur aliment ce qui parut très rare. » Il n’en fallut pas plus pour aiguiser notre curiosité et se lancer sur la piste de ces siamois. Quelques clics plus tard, l’identité de ses frères, car c’étaient bien deux garçons, était révélée. Il s’agit de Germain et Pierre HENRIAU qui ont vu le jour le 15 mai 1703 à Chouzy (lien vers acte de baptême : http://archives.culture41.fr/ark:/37279/vta5331db5bb0205/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_3644ad5a9132a947fa30a13d530c18ba vue 7/294).

     

    L’idée nous a pris de retracer quelques autres naissances atypiques recensées en Loir-et-Cher.

     

    Ainsi, dans la paroisse de Saint-Lubin, à l’instar de Chouzy, deux enfants voient le jour le 4 août 1724 avec « un mesme ventre en apparance unis par une mesme peau […] l’un ayant un nombril et l’autre n’en ayant pas ne paraissant ny a l’un ny a l’autre aucun signe qui peus faire connaistre si ils estois males ou femelles ayant d’ailleurs tous les deus chacun toutes les parties du corps bien disposes ». Ils ont été baptisés sous les noms de Étienne et Louis Mesnage (lien vers acte de baptême : http://archives.culture41.fr/ark:/37279/vta5331dbb20bdfd/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_4ce66e1543b46603623b0a034813a2c0 vue 32/296).

     

    A la fin du XVIIIe siècle, Couffy compte elle aussi une naissance peu commune   (le 5e jour du mois des sans-culotides de l’an quatrième soit le 21 septembre 1796) celle de Marie RICHARD « enfant masle et enfant femelle » (lien vers acte de baptême : http://archives.culture41.fr/ark:/37279/vta534ec360ed7be/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_33683fda229ee2faf840a55ed5f9a336 vue 255/597).

     

    Les naissances de bébés présentant une ambiguïté sexuelle ou hermaphrodisme, étaient donc elles aussi mentionnées dans les registres de baptêmes, parfois de façon très détaillée.

     

    Enfin, le chapitre des naissances dites « insolites » ne serait pas tout à fait complet sans évoquer un cas qui reste exceptionnel en n’en pas douter. Il s’agit de celui d’un couple villabaronnais, Jacques DUFOIX et Marguerite MARIE. Ils se marient à Villebarou le 9 juin 1750. De cette union, ce ne sont pas moins de 15 enfants qui voient le jour en seulement…16 ans ! Au sein de cette grande fratrie, déjà exceptionnelle en soit, sont dénombrés quatre paires de jumeaux et des triplés (2 filles et 1 garçon). Modérons toutefois notre bel enthousiasme face à cette natalité hors du commun : 14 de ces enfants sont morts avant d’avoir atteint l’âge de 7 ans, s’inscrivant pour le coup, dans une mortalité en bas-âge tout à fait ordinaire pour l’Ancien Régime.

     

     

    Un grand merci à Linda Vée, du Cercle généalogique de Loir-et-Cher pour nous avoir signalé de nombreux actes rencontrés au cours de ses dépouillements d’archives !

    [1] Copie conservée aux Archives départementales de Loir-et-Cher, cote : CR 1104

    [2] Communication de M. l’abbé Gallerand, « Le Journal d’un Bourgeois de Saint-Aignan sous Louis XIV »,Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, tome XXVI, 1926, p. 32-34, cote : 884 PER 1926

  • Galerie d'images

    • Les Écarts de la nature, SOURCE : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8453981x/f11.item
    • Les Écarts de la nature, Jumeaux siamois. SOURCE :  Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, PETFOL-JF-21
    • Enfants siamois, SOURCE : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?21401
    • Deux enfans gemeaux hermafrodites, estant ioints dos à dos, SOURCE : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?21188