En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

  • Nouvelles acquisitions aux Archives

    Ferdinand DESNOS (1901-1958)

     

    FRAD041_33_FI_1172

    Les Archives départementales ont le plaisir de vous faire part de la récente acquisition, auprès d’une maison de ventes aux enchères de Boulogne-sur-Mer, de trois dessins originaux ainsi que d’une gravure du peintre Ferdinand Desnos.

     

    Né à Pontlevoy en 1901, Ferdinand Desnos grandit à L’Hermiterie et débute une formation d’ouvrier boulanger, suivant en cela l’exemple de ses parents. Il se marie en 1923 avec Andrée Louise Vinet, une lingère native de Contres qui travaille à Paris. Quatre filles verront le jour de cette union.

    Le couple s’installe à Montrichard et Ferdinand Desnos, qui a développé dès son plus jeune âge des aptitudes et un goût prononcé pour le dessin et la peinture, se lance dans la réalisation de ses premières huiles. Autodidacte, il y représente des saynètes de vie rurale dont la manière et la technique le feront ranger dans la catégorie des peintres « naïfs ». 

     

    Il se rend très vite à Paris pour poursuivre sa passion et participe notamment au Salon des Indépendants en 1931, où il est découvert par la critique et son talent salué. Réformé pendant la Seconde Guerre mondiale car tuberculeux, Ferdinand Desnos revient séjourner en Loir-et-Cher, à Blois. C’est à cette époque qu’il réalise les trois dessins acquis par les Archives départementales.

     

    L’un d’eux, réalisé en juin 1940 juste après les bombardements qui frappèrent durement la ville, représente la Banque régionale de l’Ouest (anciennement située à l’angle de l’actuelle rue Denis-Papin et du quai de la Saussaye), largement démolie. 

    Le second dessin représente ce qui semble être le haut du boulevard Eugène-Riffault en direction du bas de la ville, avec ses arbres sur la droite et le pont Jacques-Gabriel tout juste esquissé. 

    Le dernier dessin quant à lui est plus personnel. Il est consacré à sa fille Jeannine, dont il réalise un tendre portrait en 1942.

     

    Le lot récemment acquis comprend également une gravure représentant une vue de Montrichard et de son donjon.

     

    Un temps oublié, Ferdinand Desnos connaît un regain de reconnaissance dans les années 1950, où quelques amateurs éclairés remarquent sa peinture et lui achètent ses œuvres majeures. En 1961, est fondée la Société des Amis de Ferdinand Desnos. 

    Il meurt en 1958, à l’âge de 57 ans, laissant ainsi une œuvre de plus de 800 tableaux. 

    FRAD041_33_FI_1173

     

    Pour en savoir plus 

     

      

    • En 2019, la maison Drouot organise la première grande rétrospective parisienne consacrée à Ferdinand Desnos. Découvrez ses œuvres sur leur site Internet
  • Galerie d'images

    • AD 41 - 33 Fi 1170
    • AD 41 - 33 Fi 1173
    • AD 41 - 33 Fi 1172
    • AD 41 - 33 Fi 1171