En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives Les documents du mois Que se passe-t-il dans le Loir-et-Cher en mai 68 ?

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • Documents du mois de mai 2018 : mai 68 dans le Loir-et-Cher

    Mai 68 en Loir-et-Cher

     

       Alors que Paris est bloquée depuis début mai par les barricades estudiantines, le Loir-et-Cher entre à son tour dans une période de manifestions et de grèves à partir du 13 mai. Ce jour-là, le meeting commun à la CGT, CFDT, FEN qui se tient à la Bourse du travail, rassemble 1 500 personnes. Elles adoptent une motion affichant « la solidarité profonde avec les étudiants » et votent pour la grève générale.

     

     

    1790 W 36/5

     1790 W 36/5

      

      Pendant un mois, tous les secteurs de l’économie et de l’administration vont petit à petit être paralysés par les piquets de grève et les occupations de site où les demandes sont unanimes : obtenir la satisfaction des revendications salariales, contribuer à des changements politiques, au progrès social et à l’instauration d’une vraie démocratie. Presque toutes les grandes entreprises privées (Air équipement, Chocolaterie Poulain, Roto Diesel, imprimeries Del Duca à Blois, Presses Universitaires de France, la société Laitière Vendômoise, Ganterie Patault, atelier de mécanique générale Cottereau à Vendôme, Matra et Normant à Romorantin-Lanthenay, la centrale nucléaire de Saint-Laurent-Nouan…) ; le secteur nationalisé (SNCF, PTT…) ; les administrations (sécurité sociale, hôpitaux, finances…) ; les établissements scolaires du primaire et secondaire et l’IPES de Lamotte-Beuvron, sont touchés. Le 22 mai, selon la Nouvelle République, ce sont près de 7500 personnes qui font grève en Loir-et-Cher.

     

      D’après la presse, chaque jour qui passe aggrave l’inquiétude générale et la situation des familles, avec les files d’attente devant les stations essence, l’affluence dans les commerces d’alimentation pour constituer des stocks et les coupures d’électricité. Mais les manifestations qui émaillent le printemps, se déroulent dans le plus grand calme et sans heurts dans les grandes villes du département.

     

       À la suite des accords de Grenelle, le mouvement s’estompe et la reprise du travail s’amorce. Au-delà des acquis salariaux, mai 68 en Loir-et-Cher demeure dans les mémoires un puissant mouvement revendicatif solidaire, d’une ampleur inégalée dans le département comme dans l’Hexagone dans lequel les aspirations des agriculteurs, fonctionnaires et ouvriers se sont fédérées.

     

    Cliquez sur les images ci-dessous pour vous imprégner des affiches et tracts véhiculés en mai 1968 dans le département.

  • Galerie d'images

    • 1790 W 36/5
    • 1790 W 36/1
    • 1790 W 36/2
    • 1790 W 36/3
    • 1790 W 36/4