En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives Les documents du mois Documents du mois de juillet 2017 : Une agitatrice à Chaumont-sur-Loire en 1810

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • Documents du mois de juillet 2017 : Une agitatrice à Chaumont-sur-Loire en 1810

    Madame_de_Staël_en_Corinne_1807

    Madame de Staël en Corinne (1807), Firmin Massot, huile sur bois, 61 x 52 cm - Collection du château de Coppet (Suisse).

     

    Fille du financier suisse Necker, ministre réformateur de Louis XVI, lectrice enthousiaste des philosophes des Lumières, Germaine de Staël accueille favorablement la Révolution. Napoléon 1er la considère comme une intrigante ; c’est aussi une âme passionnée dont les écrits, parmi les premiers du romantisme, font écho à ses amours tumultueuses et à sa vie mouvementée à travers l’Europe.

    Sur le chemin de l’exil imposé par Napoléon 1er, Germaine de Staël fit au château de Chaumont un séjour de quatre mois, d’avril à août 1810. Elle y réunit autour d’elle une petite cour d’amis, parmi lesquels Benjamin Constant ; on se promène, on joue du théâtre, on écrit, on noue des intrigues amoureuses, on excursionne à Fossé chez le comte de Salaberry.

    Le préfet du Loir-et-Cher, Corbigny, séduit par l'esprit de la dame, est plusieurs fois reçu à Chaumont. Lorsque le ministre de la Police Savary donne l'ordre de saisir le manuscrit de son nouvel ouvrage De l'Allemagne, Madame de Staël, par inadvertance ou volontairement, remet au préfet un manuscrit qui n'est pas le bon. Corbigny tombe alors en quasi-disgrâce. Le ministre Savary écrit à Mme de Staël : « Votre dernier ouvrage n'est point français. ». Même quand elle rejoint le château familial de Coppet en Suisse, l’empereur la fait surveiller. Elle meurt le 14 juillet 1817.

    Aujourd’hui, un petit salon évoque au château de Chaumont le passage de Germaine de Staël, à travers un mobilier de style Empire réalisé par l’ébéniste Marcion, et déposé par le Conseil départemental.

  • Galerie d'images

    • Madame de Staël en Corinne (1807), Firmin Massot, huile sur bois, 61 x 52 cm - Collection du château de Coppet (Suisse).
    • Chaumont vers  1830. Dessin Louis de La Saussaye
    • Le mobilier Marcion, propriété du Conseil départemental, déposé au château de Chaumont. Photo : Archives départementales / DM