En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives La galerie du temps 23 septembre 1666 : Mort de François Mansart

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • 23 septembre 1666 : Mort de François Mansart

    33_Fi_00028 (003)

    Jacques Rigaud, Vüe du Chateau royal de Blois. Prise du côté de la campagne [vers 1730]. (cote 33 Fi 28)

     

    Le lien de François Mansart avec le Loir-et-Cher est assez ténu : a-t-il séjourné à Blois, y est-il même jamais venu ? En tant qu’architecte de l’aile « neuve » du château, aujourd’hui dite « Gaston d’Orléans », il a en tout cas contribué à donner à la ville de Blois une partie de sa silhouette actuelle.

     

    À la suite de son installation à Blois à la fin de l’année 1634, Gaston d’Orléans, fils du roi Henri IV et donc frère du roi Louis XIII lance rapidement les travaux pour reconstruire le château. Les devis et marchés conservés dans les fonds notariaux des archives départementales de Loir-et-Cher permettent de suivre l’évolution des travaux et les problèmes rencontrés dans leur déroulement. Dans un devis et marché de maçonnerie en date du 12 janvier 1635 (cote 3 E 19/928) que nous vous proposons de découvrir ci-dessous, le premier d’une longue série d’actes, on indique que « tous lesquels ouvrages de massonneries cy dessus déclarez seront bien et deuement faicts et parfaicts suivant les ordres, conduictes, désirs et desseings du sieur Mansart, architecte ordinaire des bâtiments du roy et de son Altesse ». Dans les actes que nous connaissons, Mansart n’est jamais présent devant le notaire, même s’il est chargé de la conduite des travaux. Toujours dans l’acte du 12 janvier 1635, on précise que « [le] plan est demouré entre les mains du sieur Mansart, architecte, pour en faire la conduicte ».

     

                Une fois les vieux bâtiments du château démolis, la construction est assez rapide, d’autant plus que, comme le souffle Claude d'Escoubleau seigneur du Coudray-Montpensier et chambellan de Gaston d’Orléans, « la passion de bastir qu'a notre maistre est furieuse : il n'est pas possible de l'arracher d'avec ses maçons ». La construction se fait à grand frais et les plans sont souvent remaniés, si bien qu’en 1636, on interdit de faire des modifications qui ne seraient pas validées par les devis. Pourtant, en novembre 1638, le chantier est abandonné par les entrepreneurs, qui souffrent de nombreux impayés. Manque d’intérêt de Gaston d’Orléans, manque de financements ? Le chantier reste en tout cas inachevé et le château ne sera plus, à partir de cette date, qu’occupé et entretenu de façon épisodique. Les restaurations de Félix Duban (1797-1870), au XIXe siècle, ont essentiellement affecté les ailes Louis XII et François Ier du château. Aussi est-il encore possible d’observer ce chantier inachevé de Mansart tant sur place, au château, qu’à travers les actes notariés conservés aux archives départementales de Loir-et-Cher.

     

    Bibliographie :

    La majeure partie des marchés de travaux relatifs au château de Blois a été publiée dans François Mansart. Les bâtiments. Marchés de travaux 1623-1665, Documents inédits des Archives nationales, Direction des Archives de France et Centre historiques des Archives nationales, C.H.A.N. / Champion, Paris 1998. [cote AD41 : GH 102]

     

    J.-P. Babelon et Cl. Mignot (dir.), François Mansart. Le génie de l’architecture, Gallimard, Paris, 1998 [cote AD41 : GI 223]

  • Galerie d'images

    • AD41 : 3 E 19/928_1
    • AD41 : 3 E 19/928_2
    • AD41 : 3 E 19/928_3
    • AD41 : 3 E 19/928_4
    • AD41 : 3 E 19/928_5
    • AD41 : 3 E 19/928_6
    • AD41 : 3 E 19/928_7