En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

Accueil Archives départementales Trésors des archives La galerie du temps 1453 : Quand ce sont les vins de Loire qui trinquent…

  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer
  • 1453 : Quand ce sont les vins de Loire qui trinquent…

    1_J_511_00001_1

    Les Archives départementales vous proposent un document qui s’inscrit dans un contexte historique très particulier. Nous sommes en 1453, une année majeure, on le sait maintenant, dans l’histoire de l’Europe et de la France, marquée par deux événements guerriers :

     

    • la prise de Constantinople le 29 mai par l’empire ottoman. C’est la fin de l’empire romain d’Orient (l’empire byzantin), et la date retenue par une partie des historiens pour marquer la fin de la période qu’on appelle le moyen âge.

     

    • en France, la guerre de cent ans ravage le royaume depuis 1337. Or, un tournant capital se produit le 17 juillet 1453 : l’armée française de Charles VII remporte une victoire décisive sur les Anglais en Gironde, à Castillon. Cela met un terme définitif à la présence anglaise en Guyenne. La reconquête de la région aquitaine sera complète quand le roi de France s'emparera de Bordeaux le 19 octobre. Les Anglais seront alors définitivement boutés hors du royaume.

     

    La guerre touche donc à sa fin, et le roi de France a plus que jamais besoin de subsides pour la mener à son terme. C’est dans ce contexte que ce document est rédigé, le 10 août 1453 depuis Libourne, près de Bordeaux, seulement trois semaines après la victoire royale de Castillon.

    Les Anglais, afin de s’accorder les faveurs des Aquitains, leur avaient accordé une franchise de taxes sur le commerce des vins. Charles VII, dans le contexte d’une si fraîche reconquête, ne peut donc, pas encore, taxer le lucratif commerce du vin aquitain, il jette donc son dévolu sur les vins du val de Loire….

    Par lettres patentes, le roi ordonne donc les taxes suivantes au profit de la guerre : une taxe de 12 deniers pour chaque livre de marchandise ou denrée, une taxe d’1/20e du prix du vin vendu en gros, et une taxe d’1/4 du prix du vin vendu au détail. Les élus locaux, ici ceux de Vendôme, sont donc chargés de mettre en œuvre l’imposition, appelée « les aides », de la collecter et d’avancer au roi le bénéfice attendu, à charge pour eux de se rembourser sur ce qui sera effectivement perçu….

     

    Le document, lacunaire, permet de connaître le nom des habitants de Vendôme mais aussi de Trôo qui font commerce de vin et d’autres denrées.

  • Galerie d'images

    • 1_J_511_00001
    • 1_J_511_00002
    • 1_J_511_00003
    • 1_J_511_00004
    • 1_J_511_00005
    • 1_J_511_00006
    • 1_J_511_00007
    • 1_J_511_00008
    • 1_J_511_00009