En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

  • Lettre T comme....tri

    10_NUM_0218_00004

    Deux archivistes durant une opération de tri et de reconditionnement. AD41 : 10_NUM_0218_00004

     

    Pour qu’un fonds d’archives soit communicable, il doit immanquablement passer par une opération préalable de tri. Ce travail est plus ou moins compliqué suivant l’état initial du fonds : des documents en « vrac complet » ne se classent pas de la même façon que des dossiers déjà organisés.

     

                Au cours de cette étape, l’archiviste repère les différentes typologies documentaires du fonds puis les organise méthodiquement selon un classement logique (généralement par grandes activités en suivant le fonctionnement de l’institution qui a produit ces archives). Suivant la nature du fonds, on classera à la pièce (fonds anciens ou de grande valeur, fonds iconographiques), au dossier (fonds privés et archives modernes) ou à la boîte (archives contemporaines).

     

                Le tri est également l’occasion de procéder à l’élimination des documents qui ne présentent pas d’intérêt : pièces comptables, doubles, documents reçus pour information mais sans rapport avec l’institution (c’est ce qu’on appelle « documentation »)… Le tri se traduit à la fois par un reconditionnement du fonds (changements des pochettes, retrait des éléments plastiques, métalliques et élastiques, mise en boîtes) et par la rédaction d’un inventaire (qui décrit le fonds).