En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et informations adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus

identifiant

Mot de passe oublié ? S'inscrire

Culture 41

  • Commentaires
  • Ajouter au panier
  • Envoyer la page à un ami
  • Imprimer

Accueil > Agenda culturel > Expositions > Cloître du Conseil départemental à Blois > Exposition : « Souvenirs africains du capitaine Coquibus »

  • Exposition : « Souvenirs africains du capitaine Coquibus »

    Exposition : « Souvenirs africains du capitaine Coquibus »

    Comme c’est le cas de nombreux militaires entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, le départ d’Émile Coquibus (1874-1915) pour les colonies déclenche son goût pour la photographie. C’est au cours de son séjour en Haute-Guinée en 1901, au sein du 3e régiment d’infanterie de marine, qu’il se fait expédier, de France, son premier appareil.

     

    À partir de ce moment-là, la photographie devient le prolongement visuel de ses journaux de bord tenus de façon quasi-ininterrompue au cours de ses campagnes militaires en Afrique-Occidentale française (Haute-Guinée et Soudan) entre 1901 et 1911, puis à Madagascar de 1912 à 1914.

    Les campagnes militaires d’Émile Coquibus s’inscrivent dans le contexte de pacification et d’administration des nouvelles contrées colonisées. Chargé successivement d’administrer différents postes et cercles, il doit notamment réaliser des missions de reconnaissance topographique afin de cartographier les nouveaux territoires et leurs voies de communication, assurer le bon approvisionnement des étapes, s’occuper du recensement des populations et prélever les impôts tout en conduisant le recrutement et la formation des troupes indigènes.

    Un an après son retour de Madagascar, Émile Coquibus tombe au champ d’honneur, le 1er octobre 1915, à Souchez (Pas-de-Calais), laissant à sa veuve et à ses enfants une malle remplie de ses souvenirs africains : deux milliers de photographies sur verre et sept cahiers manuscrits d’une grande richesse ethnographique. Laissée pratiquement dans son état d’origine, la malle, remisée dans un grenier, était religieusement conservée. La collection, confiée à l’ECPAD par les héritiers du capitaine Coquibus en 2011, est aujourd’hui librement consultable à la médiathèque du fort d’Ivry-sur-Seine.

    En octobre 2015, un ouvrage intitulé « Capitaine Emile Coquibus - Journaux d'Afrique (1901-1910) » a été publié suite au travail de transcription et de numérisation de ces carnets. Il permet de valoriser ce témoignage inédit, véritable source pour l’histoire de la présence coloniale française en Afrique de l’Ouest au début du XXe siècle. L’exposition présentée dans le cloître de l’Hôtel du Département, réalisée par l’ECPAD en partenariat avec le Conseil départemental de Loir-et-Cher, poursuit ce travail de valorisation à travers 30 panneaux photographiques. 

     

    L’ECPAD expose régulièrement à l’Hôtel du Département à l’occasion des Rendez-vous de l’Histoire. Cette année, le cloître accueillera, du 4 au 26 octobre, l’exposition photographique « Invenire militarem est ». Plus de cent ans d’invention des armées , connues ou insolites, prototypes et produits usinés, seront évoqués pour faire découvrir une autre facette des armées, celle de réservoir de créativité.

  • Informations pratiques

    Thématique(s) : Cloître du Conseil départemental à Blois

    Date : Du 06 sept 2017 au 28 sept 2017 Heure : Entrée libre, du lundi au vendredi, de 10 h à 19 h
    Lieu : Hôtel du Département – Cloître
    Adresse : place de la république
    41000 Blois

    Localisation géographique :


    Contact :

    florane.gru@cg41.fr

  • Vos commentaires

    Soyez le premier à commenter cette page !

Y aller en covoiturage ?